Publié pour la première fois le 30 juin 2019 sur rodriguesfriendly.unblog.fr

Dans le lagon du sud s’y trouvent des îlots qui ne demandent qu’à être visités par des voyageurs à la recherche de farniente ou à la recherche d’aventure, qu’on pourrait décrire comme un sentiment de liberté. La petite demi-douzaine de terres qui s’en érigent, plus particulièrement les îlots Hermitage et Ile aux Chats, ont bien des atouts qui méritent d’être mis en valeur, et ce, en mettant à l’avant-plan les avantages que nous leur avons dénombrés. Des avantages que n’a pas l’île aux Cocos, qui est pourtant l’îlot le plus mis en avant.

Avec ses récifs éloignés chatoyés de mousses, l’étendue du lagon sud a un plan d’eau qui, d’une part, fait le bonheur des kitesurfeurs et, d’autre part, offre une aire de récréation que les visiteurs de ces deux îles ne trouveront qu’ici dans le sens où elle allie plusieurs aspects positifs lors d’une journée de visite. Nous avons compté douze avantages.

Le rendez-vous est donné à même la plage. Il n’y a pas de jetée, approchez-vous du bateau en fendant les vaguelettes des genoux et embarquez. Le moteur ronronne, la journée peut commencer.

Le bateau, vous l’aurez pris à Mourouk, Port-Sud-Est, voire à Graviers – des petites localités où se côtoient les embarcations de plaisanciers et de pêcheurs – dépendant où est la base de mouillage du prestataire. Point de bateau rapide, ce qui en fait une traversée des plus paisibles, lors de laquelle vous pouvez scruter avec imagination le relief du pays, ses cimes découpées et ses vallées à bouche ouverte. Le skipper, étant lui-même rodé à préparer la grillade du jour et à la mise en place du déjeuner, sera, comme souvent, l’unique accompagnant.

L’excursion débute généralement vers les neuf heures trente ou un peu avant. Elle comprend la visite de deux ilots, Hermitage et Ile aux Chats, ainsi qu’une séquence snorkeling dans ce lagon doté de différents tons de bleu pour le bonheur des pratiquants de cette discipline, comme pour les débutants, si vous avez pensé apporter masque, tuba et palmes. Ce qui permet d’apprécier les coraux qui couchent au fond ainsi que des poissons bigarrés.

Les 12 avantages

1. La navigation. Si cap est mis directement vers l’île aux Chats, celle-ci est atteinte en environ 40 minutes. Mais certains skippers proposent de faire un arrêt snorkeling en cours de traversée. Ici, la navigation n’est pas tributaire de la marée (basse) et c’est un très bon point. On a alors la sensation que le facteur temps est maîtrisé, ce qui rend la sortie des plus agréables.

2. Le snorkeling. Possibilité de faire un arrêt snorkeling en cours de route, dans l’aquarium Couzoupa.

3. Accès libre. Point nécessaire de se munir d’une autorisation ou d’un permis pour avoir accès aux îles.

4. Visite de 2 ilots. Une valeur ajoutée puisque deux ilots sont à fouler et à découvrir lors d’une même sortie.

5. Possibilité de visiter intégralement les 2 ilots. Pas de restriction, et cette intégralité se décline en une liberté totale de circulation.

6. Ne pas s’en tenir qu’aux fruits de mer. Outre le poisson et autres fruits de mer, le cuistot peut prévoir la saucisse rodriguaise ou le poulet ou, plus rarement, l’agneau.

7. Pas astreint sur l’heure pour arriver ou quitter les ilots. Surtout pas d’obligation de quitter les îles à une heure affichée.

8. Possibilité de camping. Certains ne se privent pas pour passer une soirée sur l’île aux Chats en dressant une tente, la plus adaptée pour le camping.

9. Une vue du lagon à 360 degrés du haut de l’Hermitage. Du sommet de cet îlot, accessible sans trop de difficulté, la vue est en effet panoramique.

10. Plan d’eau pour la baignade à l’île aux Chats. Après une incursion pour faire connaissance avec la flore de l’île, un bain de mer en toute tranquillité et insouciance. Plan d’eau intéressant, encore plus à marée haute, non loin ou entre les bateaux.

11. Barbecue/grillade. Pouvoir se faire des grillades apporte surtout une ambiance et, évidemment, du plaisir lors de la délectation qui s’ensuit. Une touche 100% vacanciers.

12. Pas confiné dans un espace restreint. Il y a suffisamment d’espace – à prendre.  Les excursionnistes, en groupe, par exemple, peuvent se mettre à l’écart pour respecter la détente et la tranquillité des autres.

Les moins 

Avec le vent du sud-est qui défie cette partie du pays pendant l’hiver austral, plus particulièrement vers juillet et août, les éclaboussures d’eau lors de la navigation amplifient le froid.

Pas de toilettes à disposition.

Pas d’abri autre que les filaos.

Ce qui chevauche les moins

Le tarif lui-même, Rs 1200 par personne. Les bateliers se sont mis d’accord pour offrir quasiment les mêmes prestations et s’alignent (presque) sur ce tarif unique. Un service standard en quelque sorte. Et là, il ne s’agit pas de modèle d’embarcation qui soit identique. Un service quasi standard, dans le sens où le menu se compose généralement d’une salade d’ourite (poulpe), de poisson, de poulet, de salade de papaye, de pain, punch, boisson gazeuse, bière, d’eau et dessert ou desserts.  Avec cette norme consensuelle sur le tarif, vous ne risquez pas de manquer de punch ou de nourriture, voire d’être à court d’eau. La seule chose qui pourrait différer est d’ordre relationnel, de l’aptitude de votre accompagnant au verbiage, certains ayant la capacité de converser et d’expliquer plus que d’autres.

Pour savourer la langouste grillée de 500 grammes, il faudrait la commander en avance, car elle est en supplément à  Rs. 800 par personne.